La question est importante et tous les candidats se la posent, au moins s’ils veulent conduire leur démarche de recherche d’emploi de manière quelque peu sérieuse et professionnelle.

Si la question est importante, la réponse est loin d’aller de soi et se présente sous la forme d’un dilemme sans bonne solution évidente.

Capture d’écran 2013-12-23 à 15.27.02

© Photos Libres

Vous ne relancez pas 

Vous prenez le risque de laisser penser que vous n’êtes pas très motivé, vous passez pour un dilettante ou encore quelqu’un d’inorganisé qui ne sait pas suivre ses dossiers. A moins que ce soit par timidité, par manque d’audace ou insuffisance de confiance en vous-même que vous n’osez pas affronter une éventuelle confrontation avec le recruteur. Bref, dans tous les cas de figure, votre image s’en trouve ternie et votre candidature risque bien de sombrer dans les oubliettes de l’anonymat , surtout si d’autres, ce qui est probable, n’auront pas eu les mêmes scrupules que vous…

Vous relancez

Vous risquez alors de ne jamais franchir les différents barrages qui vous interdiront l’accès direct au recruteur, celui qui seul vous intéresse. Tout ce que vous aurez gagné, c’est de passer pour un importun… Si votre CV est aussi bon que vous le pensez, le recruteur saura le voir, et il sortira du lot tout seul, sans le besoin du petit coup de pouce  de la « relance ».

Et supposons que, par une chance inouïe, vous ayez directement le recruteur au bout du fil, vous allez lui dire quoi ? Que vous avez envoyé votre candidature ? Merci du message… Que vous êtes intéressé par le poste ? C’est la moindre des choses… Que vous êtes pressé de savoir si vous êtes retenu pour un entretien ? Ne vous inquiétez pas, on vous écrira… On le voit bien, l’exercice est pour le moins périlleux et les effets peuvent se révéler, au final, plus négatifs que positifs.

Un art difficile et un exercice périlleux

Devant autant d’incertitudes et tout autant de dangers, la plupart des candidats ne risquent pas l’aventure et s’abstiennent de relancer. Pourtant, tous les conseilleurs qui ont vocation à faire de vous le « parfait candidat » sont unanimes : il faut relancer, si vous voulez vous donner quelque chance de voir votre dossier émerger. Entre nous soit dit, heureusement que tous les candidats ne suivent pas ce conseil, sinon mettez-vous à la place du pauvre recruteur !…

Alors, relancer ? Pourquoi pas, mais vous l’aurez compris, la « relance » est un art difficile, et voici quelques exemples de situations où il vaut mieux vous abstenir :

-       si vous n’avez rien d’autre à dire que « Bonjour, c’est Mr Martin, je vous ai envoyé mon CV… »

-       si vous avez le sentiment que la « banalité » de votre CV vous laisse peu de chances de sortir de l’anonymat et qu’une relance, seule, peut changer la donne… Revoyez plutôt votre CV pour lui donner un peu plus de    pertinence !

-       si vous êtes convaincu que vous avez un CV exceptionnel que vous ne comprenez pas de ne pas encore avoir été contacté…

-       si votre CV est ce que vous pensez, le recruteur le remarquera bien tout seul…

-       etc…

Conseils pour bien relancer 

Si, malgré tout, vous faites le choix de relancer, tenez compte de ces quelques conseils de bon sens :le minimum que vous puissiez faire, c’est de rester courtois et compréhensif.

Evitez de donner le sentiment d’être aux abois et d’être angoissé par un nième rejet potentiel de votre candidature et ne vous lamentez pas sur les difficultés rencontrées par les malheureux demandeurs d’emploi…

Vous êtes là pour vous vendre, mais n’en faites pas trop : vous êtes le meilleur, sans doute… mais laissez au recruteur le soin d’apprécier.

Quelques mauvaises « portes d’entrée »:

-       « je voulais m’assurer que vous aviez bien reçu ma candidature… »

-       « avez-vous reçu beaucoup de dossiers ? »

-       « quand aurai-je une réponse ? »

Ce sont de mauvaises « portes d’entrée » parce qu’elles sont sans contenu et n’apportent aucune valeur ajoutée. Si vous souhaitez parler au recruteur, c’est parce que vous avez besoin d’échanger avec lui de votre projet, parce que vous souhaitez en savoir plus sur le poste ou sur l’entreprise, parce que son avis vous intéresse, parce que vous pensez que sa connaissance du monde de l’entreprise peut vous être utile dans vos recherches, etc…

Un choix judicieux: le mail post-entretien de recrutement

Le mail post-entretien est relativement peu pratiqué. C’est pourtant la meilleure et la plus utile de toutes les formes de relance, et elle peut faire la différence… Pas de discours grandiloquent, pas d’enthousiasme surfait, pas d’argumentation supplémentaire pour « en remettre une couche », et surtout pas de tentative pour essayer de « récupérer » un entretien qui aurait été raté… Deux ou trois choses simples :

-       remercier vos interlocuteurs,

-       réaffirmer votre motivation et votre intérêt pour le poste

-       reformuler les idées fortes qui ont marqué votre échange.

le tout, sans chercher à vous survendre.

Vous envoyez ce mail dans les 2 ou 3 jours qui suivent l’entretien à toutes les personnes (DRH, opérationnels, recruteur…) qui vous auront reçu. Soyez sûr et certain que cette forme de relance sera considérée attentivement et ne passera pas purement et simplement aux oubliettes.

Découvrez la méthodologie de recrutement d’Axone.